Biographie

Béatrice naît à Paris en 1955, au sein d’une famille à priori plutôt conventionnelle. De sa jeunesse, on ne sait pas grand-chose, sinon qu’elle passera une partie de son adolescence et de sa scolarité dans une pension religieuse, d’où elle ne sortira qu’à l’âge de seize ans révolus. C’est à cette époque que Béatrice, qui n’en connaît alors absolument rien, découvre la sexualité et fait pour la première fois l’amour avec un garçon. Une véritable révélation, qui conduit Béatrice à multiplier les aventures non seulement masculines, mais aussi à l’occasion, avec des représentantes de son propre sexe. Béatrice se libère de l’autorité parentale en 1974, comme tous les Français de plus de 18 ans, puisque c’est cette année-là que Giscard d’Estaing qui vient d’accéder à la présidence, décide d’abaisser de 21 à 18 ans, l’âge de la majorité. Livrée à elle-même, Béatrice se retrouve bientôt dans une situation financière difficile et commence à lorgner vers le monde du cinéma, elle qui rêve comme beaucoup d’autres filles de son âge, à une carrière de star du grand écran. Même si elle ne sait pas vraiment jouer la comédie, Béatrice parvient tout de même grâce à son physique, à décrocher un rôle dans un film très légèrement érotique réalisé par Pierre Unia et intitulé Le Pied. Nous sommes au milieu de l’année 1974 et Béatrice, petit bout de femme charnu d’un mètre cinquante-quatre au bien joli visage, toujours vêtue d’un jean et d’un blouson, incarne parfaitement la lolita faite pour l’amour. Sa sensualité, son naturel et son aisance à dévoiler son jeune corps aux seins lourds font sensation. Béatrice est remarquée par l’ensemble des critiques spécialisés, dont certains diront qu’elle « vaut à elle seule la moitié du prix du billet d’entrée ». Ce premier film néanmoins ne connaît pas vraiment le succès et les producteurs décident d’y ajouter des scènes de sexe, à une époque où le cinéma porno explose un peu partout en Occident. Bonne fille, Béatrice accepte de revenir sur le plateau pour tourner ces séquences chaudes, pénétrant ainsi l’univers du cinéma (bientôt...) X. Servie par son physique et son talent inné pour les scènes de sexe où elle respire la passion, Béatrice est rapidement sollicitée par les plus célèbres réalisateurs du genre, de José Bénazéraf à Frédéric Lansac, en passant par Jean-François Davy ou encore Max Pécas, qui lui offrira en 1975 l’un de ses plus beaux rôles dans Les Mille et une Perversions de Felicia. Béatrice y incarne une fois de plus une lolita délurée qui perturbe l’existence d’un couple bien tranquille. En deux ans, Béatrice Harnois tournera plus d’une vingtaine de films X, à une époque où on met parfois plusieurs semaines à les mettre en boîte. Pourtant, elle-même affirmera plus tard ne pas aimer beaucoup son métier d’actrice, ni sa présence devant la caméra et n’avoir jamais eu le moindre orgasme lors d’une scène. Sollicitée par d’illustres réalisateurs américains, Béatrice dont le succès est grandissant quitte la scène X en 1976 pour s’en aller vivre avec un homme dont elle est tombée amoureuse et qu’elle épousera peu après. Abandonnant ainsi l’une des carrières les plus prometteuses de l’histoire du porno hexagonal et un très probable statut de star du X.

Caractéristiques

  • Début dans le X 1974
  • Lieu de NaissanceParis, France
  • Date deNaissance14 juin 1955
  • NationalitéFrançaise